La taxe sur les plus-values immobilières : qu’est-ce que c’est ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 8 août 2014

Comment éviter la taxe sur les plus-values immobilières ?

Si vous achetez pour revendre rapidement, vous serez lourdement taxé sur la plus-value : il s’agit de la dénommée « taxe sur les plus-values immobilières ». Mais qu’en est-il ? A combien s’élève-t-elle ? Est-il possible de l’éviter ?

 

Qu’est-ce que la taxe sur les plus-values immobilières ?

La taxe sur les plus-values a été créée afin de taxer la spéculation immobilière, c’est-à-dire le fait d’acheter un bien pour le revendre rapidement, éventuellement après rénovation, pour en retirer un plantureux bénéfice. Le but de L’Etat n’est cependant pas de taxer les bénéfices des particuliers. C’est pourquoi des délais ont été fixés. Vous possédez un bien (autre que votre habitation principale) depuis plus de 8 ans ? Alors, vous ne paierez pas de taxe sur la plus-value.

Quel est le montant de la taxe sur les plus-values ?

La taxe sur les plus-values consiste en un pourcentage du bénéfice. Il existe une différence entre le bâti et les terrains. Si vous achetez un terrain et le revendez avant 5 ans, vous paierez 33% de taxe sur les bénéfices. Si vous le vendez après 5 à 8 ans, le montant de la taxe s’élèvera à 16,5%. Ultérieurement, vous ne serez plus taxé.

 

Il en va différemment pour le bâti : si vous achetez et revendez une maison ou un appartement avant 5 ans révolus, votre taxe s’élèvera à 16,5% de votre bénéfice. Au-delà de 5 ans, cette taxe ne s’applique plus.

 

Si vous vendez votre habitation principale, c’est-à-dire l’endroit où vous êtes domicilié, vous n’avez rien à craindre. Vous ne devez en aucun cas payer de taxe sur la plus-value de votre bien. De même, il n’y a dans la plupart des cas pas de taxe en cas de revente d’un bien hérité.

Calculer le montant de la taxe des plus-values

Pour calculer ce que vous allez devoir payer, vous devez tout d’abord déterminer sur quel montant la taxe va porter.

 

La taxe est calculée sur la plus-value. Celle-ci correspond à la différence entre le montant payé lors de l’achat (1) et son prix de revente (2). Si vous vendez à perte, vous n’aurez, bien sûr, rien à payer.

 

  1. Le montant payé lors de l’achat représente le prix payé au vendeur + les frais comme les droits d’enregistrement et les frais d’actes. Ces frais peuvent être fixés forfaitairement à 25% du prix d’achat et majorés de 5% pour chaque année entre les deux opérations. Si vous avez effectué des travaux par des entrepreneurs agréés, ces frais peuvent également être pris en compte.
  2. Le prix net de la revente correspond au prix de la revente, diminué des frais de vente (par exemple le pourcentage d’un agent immobilier).

 

Lexique