Ath, Grand Place - Province de Hainaut

Ath, ruée sur les appartements neufs

Écrit par Stephane Debusschere le 29 mars 2014

Tendances des marchés à Hainaut

La mouvance du retour en ville alliée au développement démographique pousse la ville d’Ath à faire sortir de terre de nombreux nouveaux logements, qui emportent un franc succès. Sur le marché secondaire, le segment des appartements en prend pour son grade, tandis que les maisons enregistrent pour la troisième année consécutive un statu quo de leurs prix. Entretien avec Felipe Subires, Era Immobilière des Géants.

Ath, Grand Place - Province de Hainaut

LI - Quelles sont les tendances du marché ?

 

Nous sommes clairement face à une tendance lourde, celle du boom des appartements neufs. Dans un contexte local marqué par la ruralité, nous assistons à un retour vers la ville, pour des besoins de mobilité, de coûts énergétiques et d’accès à toutes les facilités qu’offre une zone urbaine. La demande pour le neuf est telle que les candidats acquéreurs sont obligés de se tourner vers les projets sur plans pour avoir une chance d’y acquérir un logement. Et les constructeurs attendent généralement d’avoir vendu 40% d’un immeuble avant d’en commencer la construction. Le coût au m2 est compris entre 1950 et 2100 euros. Pour donner un exemple, un appartement 2ch d’une superficie de 80 à 85 m2 revient, hors tva et hors frais, à 165-170 000 euros, tandis qu’un appartement 1 chambre coûtera environ 135 000 euros, hors tva et hors frais.

 

 

Felipe Subires de Era Immobilière des Géants à HainautLI - Quelles sont les incidences de cette ruée vers le neuf sur les autres segments ?

 

De manière générale, le marché de l’appartement de seconde main souffre de l’importante demande pour les appartements neufs. Si certains appartements de seconde main parviennent tout de même à se vendre quasiment au même prix que le neuf, ce prix dépend en grande partie de l’état général des immeubles, des éventuels travaux nécessaires, des charges qui peuvent s’avérer élevées et de la conformité de ces immeubles avec les réglementations, en particulier celles liées à la sécurité qui sont de plus en plus strictes. Les prix de vente peuvent ainsi varier de 20 à 25%, et forment une fourchette comprise entre 120 000 euros à 170, voire 180 000 euros, hors frais.

Sur le segment des maisons, la tendance est à la stabilisation des prix depuis environ 3 ans. Il n’en reste pas moins que la demande pour les biens nécessitant des travaux faiblit. Les candidats à l’acquisition d’une maison de rangée préfèrent en effet acheter un bien rénové. Les prix pour un bien à rénover, dans le centre d’Ath, sont dans une fourchette comprise entre 140 et 150 000 euros (hors frais), tandis que les biens rénovés se vendent entre 180 et 225 000 euros (hors frais).

 

 

LI - Quelles sont les zones les plus recherchées ?

 

Il y a principalement trois zones qui exercent un fort pouvoir d’attraction sur les candidats acquéreurs, de part leur localisation proche du centre-ville et de leur accès autoroutier aisé. Le faubourg de Bruxelles, par exemple, qui correspond grosso modo à la chaussée du même nom, se trouve en effet à moins d’un kilomètre du centre et des commerces. Le faubourg de Tournai est également proche du centre et se caractérise par un environnement plus résidentiel. Enfin, le faubourg de Mons, bien qu’il soit davantage assimilé à une route de passage, permet un accès très facile aux axes autoroutiers et se trouve lui aussi proche de la gare.

Dans la périphérie proche d’Ath, certains villages comme Flobecq, Ellezelles ou encore Ostiches attirent nombre de candidats néerlandophones qui achètent des fermettes sises sur de grands terrains pour quasiment la moitié du prix de biens équivalents de l’autre côté de la frontière linguistique toute proche.

 

 

Logic-Repères

Maison :

  • de 180 à 225 000 euros (rénové)
  • de 140 à 150 000 euros (à rénover)

 

Appartement 2 chambres :

  • de 120 000 à 180 000 euros
  • Appartement neuf : de 1950 à 2100 euros/m²

Lexique