Jurbise, un marché locatif en souffrance au nord de la province du Hainaut

Écrit par Stephane Debusschere le 31 mars 2014

Tendances des marchés à Hainaut

A Jurbise, la baisse substantielle de la demande en provenance du Shape a créé une accumulation de biens sur le marché locatif et, partant, sur celui de la vente. En conséquence, la tendance est au tassement des prix, quelque soit le segment. Entretien avec Benoît Caulier de Caulier Immo.

 

Quelles sont les tendances du marché immobilier de Jurbise ?

 

Nous assistons actuellement à un tassement des prix, quelque soit le segment. En cause, une offre devenue plus abondante. Si cela est dû en partie à la conjoncture économique en général, la conjoncture locale y est aussi pour beaucoup. Cette tendance est en effet principalement liée à la baisse de la demande en provenance de la base militaire du Shape. Les militaires qui alimentent le marché locatif de Jurbise ont en effet récemment vu baisser leur budget logement, ce qui les a forcé à changer leur mode de vie et à louer ailleurs des logements dont le loyer est moins cher. Ce retrait a eu pour conséquence une accumulation de biens sur le marché locatif, et nombre de propriétaires ont mis leur bien en vente. La conjoncture actuelle qui reste difficile pour les candidats acquéreurs a fait le reste.

 

L’accumulation des biens sur le marché est également due à un autre phénomène, plus ancien celui-là, celui d’héritiers qui choisissent de ne pas garder leur bien familial et de les mettre sur le marché.

 

Si le marché de Jurbise est essentiellement composé concentré de villas et de biens de type fermette, le centre-ville se développe très fort et concentre tous les immeubles d’appartements neufs.

 

Bien que la situation du marché immobilier de Jurbise ne soit pas rose, elle n’en est pas pour autant morose, loin de là. Jurbise est un marché qui se défend bien et continue d’attirer les candidats acquéreurs à la recherche d’un confort de vie certain. Jurbise jouit en effet de toutes les infrastructures nécessaires en termes de mobilité, de commerces, d’écoles ou encore de loisirs, ce qui est beaucoup moins le cas dans des localités comme Brugelette ou Chièvres, par exemple.

 

 

De quel ordre est ce tassement des prix ?

 

Il faut toujours être prudent avec les chiffres, mais je dirais que la courbe des prix est descendue de 10 à 15%, quelque soit le type de biens. Les délais de vente sont aussi tributaires de la nature des biens, et peuvent parfois s’allonger de manière assez conséquente. Les biens qui ne nécessitent pas de travaux sont, sans surprise, ceux qui se vendent le mieux et le plus rapidement. Lorsqu’un bien nécessite des travaux estimés à quelque 40 à 50 000 euros, la demande baisse en revanche considérablement.

 

Le marché étant mouvant, il est difficile actuellement de donner les nouveaux prix moyens du marché. Pour une villa des années 80, il faut désormais tabler sur une fourchette de prix comprise entre 230 000 et 280 000 euros. Une villa des années 2000 se vendra plus probablement entre 280 000 et 300 000 euros. Le prix moyen oscille donc entre 240 000 et 280 000 euros. Pour un bien de type fermette, les prix peuvent varier très fort en fonction de son état. Certaines fermettes restent entièrement à restaurer, tandis que d’autres sont en bon état et directement habitables. Leur fourchette de prix est comprise entre 80 000 et 500 000 euros…

 

 

Logic-Repères

  • Maison de rangée : 185 000 euros
  • Villa : de 240 000 à 280 000 euros
  • Fermette : de 80 000 (à restaurer) à 500 000 euros

Lexique