Vente d'un bien : trouvez le juste prix!

Écrit par Renaud Chaudoir le 18 juin 2012

Attention à la surévaluation

Vous souhaitez vendre votre bien immobilier? En toute logique, vous souhaitez en obtenir le plus possible.  D’ailleurs, en Belgique, vous avez le droit de demander le prix que vous souhaitez. Mais, faites néanmoins attention à la surévaluation du prix affiché!  Une mauvaise évaluation peut entraîner des coûts supplémentaires et décourager les acheteurs potentiels. Découvrez ci-dessous les conséquences de la  surévaluation d’un bien.

Les conséquences d’une surévaluation d’un bien immobilier peuvent être catastrophiques. Et ce, que vous calculiez l’évaluation du bien vous-même ou que vous passiez par un agent immobilier. Pour une vente réussie, rien ne vaut un bien au juste prix! 

Les conséquences de la surévaluation d’un bien

On peut parler de surévaluation lorsque le prix de mise en vente atteint ou dépasse 10% d’augmentation par rapport à la valeur réelle du bien. La surévaluation entraîne deux conséquences majeures: vous vous adressez à la mauvaise cible et perdez donc des candidats potentiels et ensuite, en cas de surévaluation, les acheteurs risquent un refus de leur organisme de crédit.

 

  • Perte d’acheteurs potentiels

Lorsqu’un bien est correctement évalué, il est généralement vendu dans les 100 jours. Au-delà, force est de constater qu’il y a un problème et qu’il est grand temps d’adapter son offre. En attendant, on perd déjà des amateurs, car on constate qu’en cas de surévaluation, les candidats acheteurs préfèrent généralement attendre que le prix en question baisse pour se faire connaître. Rares sont ceux qui prennent l’initiative de faire une offre plus basse.

 

  • Les organismes de crédit

Prenons l’exemple d’un bien évalué et mis en vente à 140 000 euros, un prix accepté par les candidats acquéreurs qui font leur demande de crédit à la banque pour l’entièreté de cette somme. Si l’expert envoyé par cette banque décrète que le bien en question ne vaut selon lui que 120 000 euros, la banque a le droit d’opposer son veto et de n’accorder le prêt qu’à la condition expresse que les acheteurs puisent les 20 000 euros de différence dans leurs fonds propres. Pourquoi ? Tout simplement parce que la garantie de l’hypothèque n’est pas suffisante en cas de non remboursement. Dans l’exemple donné, une différence de 20 000 euros sur un bien qui en vaut 120 000 est proportionnellement très importante, car cela équivaut à  une augmentation de plus de 16%, ce qui est difficilement justifiable.

Trouver le juste prix

Pour évaluer votre bien au mieux, faites appel à un expert ou à un agent immobilier agréé.  Méfiez-vous des agents qui acceptent de surévaluer votre bien pour s’assurer de décrocher le mandat.  N’hésitez pas à consulter plusieurs agences immobilières agréées si vous avez des doutes.  

 

Lexique