Je veux vendre ma maison. Quels sont les coûts ?

Je veux vendre ma maison. Quels sont les coûts ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 19 mai 2014

Panorama des coûts les plus importants à la revente

Qui veut vendre sa maison souhaite, si possible, faire un bénéfice. Si vous vous y prenez bien, c’est envisageable. Mais pensez-y : vendre sa maison a un coût. Vous devez, par exemple, pouvoir présenter une série d’attestations et de certificats lors de la revente. Quels sont les formalités et coûts auxquels il faut s’attendre ?

Je veux vendre ma maison. Quels sont les coûts ?

Mise en conformité de l’installation électrique

Lorsque vous vendez votre maison, vous  devez présenter à l’acheteur un certificat « Installation électrique », qui atteste de la mise en conformité de l’installation électrique. Le contrôle doit être effectué par un installateur agréé et son coût est à charge du vendeur. Si votre installation a été contrôlée après le 1er octobre 1981, vous ne devez pas faire effectuer un contrôle.

PEB et DIU

Chaque habitation doit disposer d’un certificat de prestation énergétique (PEB). Le vendeur est dans l’obligation de demander ce certificat et celui-ci coûte entre 200 et 250 euros. Le PEB est valable 10 ans.

Ensuite, vous devez, en tant que vendeur,  pouvoir fournir au futur propriétaire un dossier d’intervention ultérieur (DIU). Le DIU est une sorte de mode d’emploi du bâtiment contient des informations utiles sur la structure du bâtiment, des éléments en matière de sécurité et de santé, ce qui est très utile pour les architectes et les entrepreneurs amenés à effectuer des travaux.

Attestation du sol

Qui vend un bien doit faire la demande d’une attestation du sol à l’IBGE à Bruxelles et à BODAM en Flandre. Il vous en coûtera 50 euros par parcelle cadastrale. S’il y a déjà eu une activité à risque sur le terrain, vous êtes dans l’obligation de commander une étude exploratoire à un expert agréé en assainissement du sol.

Si vous habitez en Flandre, vous devez également fournir un « Stookolieattest » (attestation carburant) qui concerne la pollution des sols et des sous-sols. Le Gouvernement flamand distingue les réservoirs souterrains et de surface. En outre, il existe des règles différentes pour les modèles de réservoir récents et anciens. Les réservoirs souterrains doivent être examinés tous les 5 ans, les modèles en surfaces ne doivent pas être contrôlés ultérieurement.

Lexique