vivre durablement conseils

Vivre durablement : à quoi faire attention si vous louez ou achetez un logement ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 24 avril 2018

Après de longues et périlleuses recherches, vous avez enfin trouvé l’habitation de vos rêves ? Le prix entre dans votre budget, la position est idéale et le style de construction répond à vos goûts (ou y répondra après quelques travaux de rénovation) ? Parfait, mais n’oubliez pas de vérifier que ce nouveau logement vous permet de vivre durablement ! Peu de personnes pensent à ce point avant de signer le contrat de location ou de faire une offre d’achat, et pourtant, l’enjeu est de taille.

vivre durablement conseils

1. Le certificat PEB, la référence ultime

Toute personne souhaitant louer ou acheter un logement doit pouvoir présenter un certificat de performance énergétique des bâtiments (PEB) valable. Depuis plusieurs années, les annonces immobilières doivent d’ailleurs mentionner, en plus du score PEB exprimé en kWh/m², le numéro du certificat PEB qui a été délivré, à moins que l’adresse du logement ne soit clairement indiquée. Plus le score PEB d’un logement est faible, plus il est durable et moins il consomme d’énergie.

Vous n’êtes pas sûr que le score PEB du logement que vous désirez louer ou acheter soit intéressant ? Référez-vous alors aux jauges colorées (vertes, jaunes et rouges) qui figurent sur le certificat PEB délivré. Les habitations dont le score se situe dans la zone verte possèdent un score PEB égal ou inférieur à environ 200 kWh/m². Un excellent résultat, donc ! Notez que si vous souhaitez vivre durablement, vous devrez rénover les habitations dont le score affiche une couleur rouge ou orange et/ou investir dans les énergies vertes.

Saviez-vous que…

…le score PEB et le niveau E d’un logement ne sont pas des mesures identiques ? Elles indiquent toutes deux le niveau de consommation énergétique d’un bâtiment, mais elles sont difficilement comparables. Pourquoi ? Car le niveau E n’exprime pas concrètement la consommation d’énergie en mètres carrés. Il s’agit d’un chiffre sans unité qui est uniquement utilisé pour exprimer le niveau de consommation en énergie primaire des nouvelles constructions (quelle quantité d’énergie le bâtiment produit-il de manière autonome ? Quelle quantité d’énergie fossile est-elle consommée ? Quelles sont les déperditions de chaleur ?). En 2021, le niveau E des nouvelles constructions ne pourra dépasser la valeur de E30.

2. Vivre durablement, une question de compacité

Plus la taille d’un logement est réduite, moins celui-ci consommera d’énergie. Logique, nous direz‑vous, mais que faire si vous tombez précisément sous le charme d’une maison ou d’un appartement en raison de sa grande superficie ? Si vous souhaitez éviter de compartimenter de grandes pièces, vous pouvez alors miser sur un bon agencement pour consommer moins d’énergie. Regroupez par exemple entre elles les pièces que vous chaufferez fréquemment, telles que le salon et la cuisine.

3. Quel est l’état de l’isolation ?

Saviez-vous que les bâtiments construits avant 1980 ne sont pratiquement jamais assez isolés pour y vivre de manière durable ? Assurer une bonne isolation de votre logement est en effet indispensable pour réduire les pertes de chaleur vers l’extérieur. L’isolation de la toiture permet de réaliser les plus grandes économies d’énergie, mais les avantages d’une bonne isolation des murs ne sont pas à sous-estimer. Si les murs creux de votre maison ne sont pas encore isolés (correctement), n’hésitez pas à faire réaliser les travaux nécessaires. Impossible d’isoler la coulisse de vos murs creux ? Pensez alors à isoler les murs de façade par l’extérieur. La technique est plus onéreuse, mais tout aussi efficace.

4. Les fenêtres sont-elles équipées de double vitrage ?

Isolation et vitrages performants vont de pair ! L’époque durant laquelle nos habitations étaient équipées de simple vitrage est révolue depuis longtemps (à partir de 2020, toutes les habitations situées en Région flamande devront posséder du double vitrage), et il semblerait que le double vitrage soit voué à connaître un destin similaire. En effet, le vitrage haut rendement isole quatre à cinq fois plus que son prédécesseur ! Une différence de taille qui aura une incidence non négligeable sur votre facture d’énergie.

5. Quelle est la rentabilité du système de chauffage ?

Si vous souhaitez acheter ou louer une habitation chauffée uniquement à l’aide d’une pompe à chaleur, vous êtes dispensés de lire ce paragraphe. Dans le cas contraire, sachez qu’il vous faudra compter sur une installation de chauffage au gaz naturel ou sur une citerne à gaz ou à mazout de label énergétique A ou B afin de vous chauffer le plus durablement possible. Votre nouveau logement est équipé d’une ancienne chaudière ? La remplacer par un modèle à condensation vous fera certainement réaliser de belles économies, mais n’en faites pas une priorité. L’installation d’une chaudière à condensation est uniquement obligatoire pour les nouvelles constructions et les habitations dont la chaudière est arrivée en fin de vie.

6. Pensez à récupérer les eaux de pluie

À Bruxelles-Capitale, l’installation d’une citerne d’eau de pluie est uniquement obligatoire pour les nouvelles constructions et les projets de rénovation demandant l’obtention d’un permis d’environnement (si celui-ci contient une prescription relative à la gestion des eaux pluviales), mais pourquoi donc ne s’en tenir qu’aux obligations légales ?

L’eau de pluie n’est pas propre à la consommation, mais peut-être utilisée pour arroser les plantes, alimenter les sanitaires et même faire ses lessives (à condition de posséder un bon système de filtration). Votre facture d’eau diminuera donc vite de moitié ! Vous habitez en Région wallonne ? Il n’est alors pas obligatoire d’installer une citerne d’eau de pluie pour une nouvelle construction ou un projet de rénovation, mais si vous désirez vivre durablement, il s’agit d’une démarche indispensable.

7. Une toiture verte est-elle envisageable ?

Vous souhaitez à tout prix vivre durablement ? Dans ce cas, pourquoi ne pas opter pour une toiture verte ? Une toiture écologique fera non seulement office d’écran thermique et acoustique, mais purifiera aussi l’air. Malheureusement, tous les toits ne peuvent accueillir une toiture verte. Voici les conditions à remplir :

  • Le toit ne peut absolument pas présenter de fuites. Jouez la certitude, investissez dans une seconde membrane étanche ou un textile de toit.
  • Le toit doit pouvoir soutenir la charge d’une toiture verte. Faites appel à un professionnel pour calculer la portance maximale de votre toit.

Autre avantage des toitures vertes : vous ne devrez pas installer de citerne d’eau de pluie, puisque la loi vous en dispense si vous possédez une toiture végétalisée !

Lexique