Péruwelz, le parc Simon. Picture by Jean-Pol Grandmont.

Vivre à… Péruwelz

Écrit par Stephan Debusschere le 27 novembre 2017

La ville à la campagne

Située dans l’arrondissement de Tournai, à un jet de pierre de la frontière française, Péruwelz est avant tout une ville à la campagne, où vivent quelque 17 000 habitants. Ses villages avoisinants ainsi que ses quartiers retirés s’avèrent recherchés, notamment grâce à l’accessibilité aisée aux grandes voies de communication telle l’autoroute E42. 

Shopping immobilier

Les candidats acquéreurs recherchent principalement une habitation 3 ou 4 façades, avec un terrain de minimum 5 ares. L’offre est relativement importante, et plutôt supérieure à la demande, ce qui a pour conséquence que ces acquéreurs ont naturellement tendance à visiter de nombreux biens avant de se lancer dans le processus d’acquisition. Ce « shopping » immobilier se répercute en conséquence sur le prix de vente final, qui est bien entendu à distinguer du prix de vente initialement demandé. La négociation se fait donc de plus en plus présente avec, d’une part, des propriétaires persuadés de la valeur de leur bien et, d’autre part, de candidats qui ont l’avantage de disposer d’un large choix.

Sans travaux de préférence

On constate par ailleurs que les candidats acquéreurs sont à la recherche de biens de qualité, c’est-à-dire des biens qui ne nécessitent que très peu de travaux de rénovation, voire pas du tout. Or les biens dont les prix sont situés en dessous de 100 000 euros, logiquement attractifs, ne correspondent que rarement à cette exigence. Ceux d’une valeur de 50 000 à 60 000 euros nécessitent forcément des travaux importants. Ceux de 80 000 à 90 000 euros déjà moins, bien qu’il faille généralement y remplacer les châssis et/ou la toiture, par exemple. Pour acquérir un bien qui ne demande qu’un rafraîchissement, il faut donc tabler sur un minimum de 100 000 euros, avec un plafond à 160 000 euros. Les maisons 3 et 4 façades présentent pour leur part une tranche de prix plus large, jusqu’à 200 000 euros. Pour ces types de biens, le marché reste stable parce que les prix le sont aussi. Le marché est cependant plus difficile pour les biens au-delà de 200 000 euros, à savoir les villas et les propriétés de caractère qui peuvent atteindre le demi-million d’euros et davantage, comme c’est le cas d’un château mis en vente à 750 000 euros. Avis aux amateurs…

 Péruwelz, le parc Simon. Picture by Jean-Pol Grandmont.

Demande pour maisons neuves

Péruwelz ne détenant ni universités, ni grandes entreprises, son marché immobilier n’attire en conséquence pas les investisseurs et reste essentiellement local, sans demande particulière pour des appartements neufs, qui ne constitue donc pas un marché porteur. En cette matière, l’offre se développe en conséquence ailleurs sur des villes comme Ath, Mouscron et Tournai, là où se trouve la demande. A Péruwelz, la demande pour le neuf se porte donc essentiellement sur les nouvelles constructions d’habitations de 3 ou 4 façades.

Des emplois à la clé

Dix années de procédure ont été nécessaires pour faire sortir de terre ce projet de parc d’activité économique, à cheval sur les communes de Beloeil et de Péruwelz. A l’hiver 2018, les terrains de la phase 1 devraient être disponibles à la vente. Si le projet global représente 90 hectares, la première phase concerne 30 parcelles sur une superficie de 46,5 hectares, dont une grande parcelle de 20 hectares. Il s’agira du troisième zoning de Wapi en termes de capacité, après Tournai-Ouest 3 et Orientis. Les autorités communales le qualifient de « zoning du 21e siècle ».

Une liaison est en effet envisagée avec l’incinérateur d’Ipalle à Thumaide, pour la distribution de chaleur. Deux éoliennes sont également prévues ainsi qu’un centre d’entreprises et trois halls relais. L’objectif est d’atteindre 1500 emplois directs et près de 400 emplois indirects. S’agissant des entreprises qui seront accueillies dans le futur zoning Polaris, TRBA, actuellement présente dans le zoning de la Hurtrie, va s’installer sur un terrain de 6 hectares. Les autres investisseurs ne sont pas encore connus et c’est l’intercommunale Ideta qui procèdera à la commercialisation des parcelles.

Lexique