Schaerbeek, picture by Varech.

Vivre à… Schaerbeek

Écrit par Stephan Debusschere le 13 novembre 2017

En constante mutation

Considérée à juste titre comme une mine d’or architecturale, Schaerbeek est une commune riche de potentialités aussi bien sur le plan architectural que culturel, avec de nombreuses infrastructures sportives, des théâtres, le Parc Josaphat et des avenues gratifiées de belles maisons de maître et autres maisons bourgeoises conçues dans les styles Art Nouveau et Art Déco. 

Longtemps, la commune est restée un village. Au XIXe siècle, la destruction des remparts, la création de la ligne de chemin de fer Bruxelles-Malines, et la suppression de la taxe à l’entrée de Bruxelles-ville vont pousser Schaerbeek à s’urbaniser avec ces artères importantes que sont la rue Royale, la chaussée de Haecht ou encore l’avenue Rogier. Au siècle dernier, les nouvelles avenues Louis Bertrand, Voltaire et Paul Deschanel ont ensuite accueilli la bourgeoisie. 

Grands contrastes

Des architectes tels que Victor Besme – boulevards Lambermont et Auguste Reyers – et Octave Houssa – Rue Royale… – ont profondément marqué la géographie de la commune. Aujourd’hui, grâce aux nombreux projets de logements valorisant le potentiel existant, Schaerbeek poursuit sa mutation, sur un territoire loin d’être uniforme. Car si qualité et caractère sont des facteurs déterminants pour la valeur d’un bien à Schaerbeek, il faut aussi y ajouter la localisation.

C’est qu’à Schaerbeek, comme dans nombre de communes bruxelloises, les différents quartiers présentent de grands contrastes. De la gare à la place Jamblinne de Meux, en passant par les belles bâtisses de l’avenue Eugène Demolder, les composantes de chaque quartier déterminent pour une belle part la valeur d’un bien. Schaerbeek fait partie par ailleurs des communes bruxelloises qui présentent le plus faible écart de prix entre immobilier neuf et ancien. Le caractère architectural et la localisation des biens interviennent en effet davantage que d’autres communes dans la valorisation du bâti.

Schaerbeek, picture by Varech.

Chantier Reyers

La commune ne cesse d’évoluer et de se transformer. Il suffit de jeter un œil à l’énorme chantier du boulevard Reyers entamé il y a deux ans pour s’en convaincre. Si le réaménagement du boulevard était initialement prévu pour fin 2018, il faudra désormais plutôt tabler sur l’automne 2019. Un retard qui trouve sa source dans les fissures découvertes dans les plafonds des trémies qui viennent et vont vers l’E40. Les travaux de réfection de ces tunnels devraient durer un an. Ce n'est qu'après ces derniers que pourra se poursuivre le chantier en surface et le réaménagement du boulevard.

Bientôt le métro

Le futur métro à Schaerbeek fait partie des projets qui auront un impact sur tous les habitants de la commune. Avant de pouvoir le concrétiser, de nombreuses étapes sont encore nécessaires et l’avis des citoyens sera encore demandé. Les modifications prévues au Plan Régional d’Affectation des Sols (PRAS) ont déjà fait l’objet d’une enquête publique qui a pris fin le 30 octobre dernier. L’objectif était de planifier les emplacements des stations et d’étudier les impacts environnementaux du projet.

Tous les enjeux – la mobilité, la sécurité, le développement économique et commercial, l’aménagement urbain… – doivent en effet être pensés largement en amont. Les emplacements des stations doivent être sélectionnés en fonction des besoins des habitants, tout comme les connexions avec d’autres transports en commun. Lorsque le tracé et les emplacements des stations (Gare du Nord, Liedts, Colignon, Verboeckhoven/ Walhem, Riga) seront fixés avec précision, il faudra alors veiller à ce que ces stations s’intégrent harmonieusement dans le paysage schaerbeekois et respectent le quartier dans lequel elles s’implantent. Pour cela, les Schaerbeekois se mobilisent, et des comités ont été créés, démontrant ainsi la volonté des habitants d’être les acteurs de la réussite de leur commune. 

Lexique