Wavre

Wavre

Un marché en douce progression

En attendant le nouveau visage du centre-ville censé dynamiser l’habitat comme le commerce, les amateurs de neuf doivent se contenter d’une offre fort modeste pour une commune de cette taille. Sur le marché secondaire, la demande reste soutenue pour les appartements et les maisons, avec pour conséquence des prix qui progressent, mais toujours en douceur. Wavre

Si Wavre fait toujours partie des communes les plus courues du Brabant wallon, c’est notamment parce qu’elle a su rester compétitive, et qu’elle constitue aussi un marché considéré comme sécurisant. Sur le segment des maisons, l’année 2016 avait démontré que les prix demandés étaient légèrement surfaits, et la petite correction générale du marché qui en avait découlé s’était avérée profitable à l’activité. L’année qui suivit avait néanmoins enregistré un rattrapage poussant le prix médian à 283 750 euros, et les deux dernières années ont indiqué que la tendance à la progression s’est poursuivie, plaçant ce prix médian à 310 000 euros au terme de 2019, et à 330 000 euros au terme du premier semestre, soit une progression de 6%. Ce prix concerne surtout des maisons 2 façades directement habitables, les candidats acquéreurs étant essentiellement à la recherche de biens qui sont soit bien entretenus, soit bien rénovés ; une tendance qui se confirme au fil des mois. En y regardant de près, ce sont avant tout les maisons de l’entité de Wavre qui ont vu leur prix progresser, celles de Bierges étant un peu moins bien loties.

Résistance des villas

Si le coût énergétique des villas, dont les valeurs sont comprises entre 300 000 et 600 000 euros, avec des pointes à 1 million d’euros, a pu par le passé refroidir plus d’un candidat acquéreur qui, face aux travaux à envisager, ont préféré se tourner vers des biens plus modestes en corrélation avec leur capacité d’emprunt, on observe néanmoins un regain d’intérêt pour ce segment où les négociations semblent reprendre depuis plus de deux ans.

Une offre qui reste modeste    

A Wavre, si les prix des appartements neufs ont augmenté de 4% par rapport à l’an dernier, ils n’évoluent pas fondamentalement à la hausse. En cause, toujours cette absence de liaison ferroviaire directe vers Bruxelles et Namur, cumulée avec l’évasion commerciale dont souffre encore toujours le centre-ville, face à la concurrence de Louvain-la-Neuve. Mais le chef-lieu de la Province n’en suscite pas moins l’intérêt des promoteurs et des candidats à la propriété, comme en témoigne la Résidence Green sur les hauteurs de Wavre-Nord, au lieu-dit Champ Sainte-Anne, un site totalisant 35 hectares et qui poursuit son urbanisation en trois phases successives pour offrir à terme plus de 600 logements.

Pour venir gonfler les rangs d’une offre somme toute modeste pour une commune du gabarit de Wavre, le projet immobilier « Val Vena » s’est avéré le bienvenu. Après des années d’attente et de procédures administratives, cet ensemble immobilier s’installe en effet sur les 2,4 ha du site de l’ancien athénée Folon, à l’abandon depuis plus de vingt ans. D'ici 2021, 152 appartements répartis dans six immeubles, dont le bâtiment historique de l’athénée qui préservera sa structure pyramidale d’origine, sortiront de terre et seront intégrés dans un parc public. En dehors des jardins privés aux pieds des immeubles, la majorité du site restera donc ouverte à tous. L’une des caractéristiques fortes du projet est la commercialisation de 88 des 152 logements à des prix avantageux, c’est-à-dire en dessous des prix du marché, pour permettre à la classe moyenne du Brabant wallon de devenir propriétaire à un tarif encore abordable. Le bénéfice retiré de la vente de certains logements doit en effet permettre d’accorder des rabais non-négligeables sur ces biens.

Le reste de l’offre se partage en petits projets tels que « Les Fontaines de Basse-Wavre », la résidence du « Grand Tour » à proximité du centre, ou encore la résidence « Altitude 72 » qui déploie 17 appartements à proximité du golf du château de la Bawette.

Wavre 2030

Si l’essentiel du marché du neuf est actuellement concentré sur les projets Green et Val Vena, le plus important volet immobilier à venir reste le projet mixte de « La Promenade ». Dans le but de redynamiser le centre de Wavre et renforcer l’attractivité du chef-lieu du Brabant wallon, La Promenade a pour ambition de relier le plateau de la gare et le boulevard de l’Europe via un nouveau piétonnier, en passant par l’ancienne galerie commerçante des Carmes – qui sera réhabilitée en pôle administratif –, le parking des Carabiniers et la place des Fontaines. Ces deux places actuelles seront transformées en immeubles mixtes, et leur surface sera rendue aux piétons. Ce projet, qui s’annonce comme un vrai nouveau morceau de ville, devrait compter quelque 5000 m2 de commerces, 500 places de parking souterrains ainsi qu’une centaine de logements. L’un des constats de l’étude préparatoire commandée par les autorités communales était en effet le sous-effectif en logements du centre-ville, qui présente actuellement 28 logements par hectare. L’objectif est de doubler ce chiffre. Un autre constat avait souligné la trop petite taille des cellules commerciales, qui ne permettaient pas d’accueillir de grandes enseignes. Le projet à venir devrait donc inclure de plus grandes superficies pour que des moteurs du commerce puissent s’y installer. Le vieux centre devrait pour sa part être embelli pour être en phase avec les nouvelles constructions. Quant à la place Bosch, elle devrait perdre son rôle de parking pour redevenir un espace public plus empreint de convivialité.

Appartements en rattrapage
Face à la concurrence du neuf, le segment de l’appartement de seconde main avait quelque peu décroché courant 2018. Son prix médian avait ainsi reculé de près de 8 %,  passant de 227 500 euros à 209 000 euros, ce qui correspond grosso modo au prix d’un appartement 2 chambres d’une superficie de 75 à 80 m2. Le recul enregistré ne s’est toutefois pas accentué au cours des trois derniers trimestres de 2019, car la demande était bel et bien là, soutenant le prix médian à 207 000 euros. Le premier semestre de cette année indique même un rattrapage, ramenant le prix médian à 222 500 euros, avec 50 % des appartements vendus entre 190 500 et 276 000 euros.

Villages dans la ville

De son ex-statut de parent pauvre de Wavre, l’entité de Limal au sud-ouest est passée depuis bien longtemps à celui de pôle d’attraction. En témoignent les nombreux quartiers résidentiels qui se sont développés dans cette ancienne commune, qui présente désormais un profil quasi identique à celui de Wavre en termes de prix. Sa position géographique, opérant la jonction entre Ottignies et Rixensart, ainsi que son confort en termes de mobilité sont des avantages qui expliquent son développement résidentiel dans un cadre naturellement plus aéré que Wavre-Ville. Si l’autre entité-village que constitue Bierges est plus proche du centre, elle l’est aussi de l’autoroute E411 le long de laquelle elle s’étire littéralement, comme en témoignent ses trois sorties d’autoroute, ce qui a un impact moins positif sur la valorisation de son bâti.

Repères

Maison : 330 000 euros

Appartement : 222 500 euros

Appartement neuf : 2800 euros/m2